Tests visuels

Comment réagit votre enfant?

Chez le bébé

Le bébé n’étant pas en mesure de signaler clairement ce qu’il voit, il faut user de méthodes objectives pour évaluer son potentiel visuel. Il est important d’évaluer sa réaction à l’occlusion monoculaire (quand on lui cache un œil) qui peut mettre en évidence une asymétrie de vision (amblyopie) si le nourrisson se met à pleurer alors que son «bon œil» est caché. En cas de doute, certains appareils permettent de mesurer la réfraction et aident à juger du besoin de correction optique. Une autre méthode consiste, en monoculaire, à diriger le regard de l’enfant en direction de motifs dont la résolution augmente progressivement pour quantifier la vision de manière indirecte (test du regard préférentiel). Lorsqu’il existe des maladies oculaires dans votre famille, n’hésitez pas à en informer votre pédiatre qui jugera de la nécessité d’effectuer un examen de dépistage oculaire complet auprès d’un ophtalmologue pour offrir à votre enfant le meilleur devenir visuel.

Chez l’enfant plus grand

Chez l’enfant plus grand, plusieurs petits tests simples peuvent être réalisés. Le plus important est de comparer la vision des deux yeux, en cachant un œil puis l’autre: les images de petites formes sont-elles aussi nettes avec chaque œil à distance? Sont-elles également aussi nettes de près? Pour ce dernier test, vous pouvez utiliser les images ci-dessous, en vérifiant que l’enfant arrive à voir des formes aussi petites avec chaque œil. Ce test ne permet pas de quantifier la vision (ce qui sera fait par le pédiatre ou l’ophtalmologue), mais juste de vérifier que les deux yeux voient aussi bien l’un que l’autre, et qu’il n’y a pas d’asymétrie visuelle importante (amblyopie). En cas de suspicion d’asymétrie visuelle, parlez-en à votre pédiatre. Un examen ophtalmologique de dépistage est souvent indiqué.