Découvrez les maladies de la vue

L’amblyopie

Qu’est-ce que l’amblyopie ?

La vision n’est pas mature à la naissance, mais se développe au cours des premières années de vie. Le cerveau va progressivement apprendre à « voir » au cours de cette période.
Les deux yeux sont en compétition pendant tout le développement de la vision. Si durant les premières années de vie, le cerveau reçoit des images de qualité différente de chaque œil, il va privilégier l’apprentissage de la vision en utilisant les images de meilleure qualité, et va négliger « d’apprendre à voir » avec le plus mauvais œil. Si la cause de l’altération de la qualité des images n’est pas corrigée dans l’enfance, le développement visuel anormal va provoquer une mauvaise vision définitive d’un ou des deux yeux.

L’amblyopie peut être causée par :

  • un trouble réfractif (hypermétropie, astigmatisme, myopie), responsable d’une image floue. C’est la cause d’amblyopie la plus fréquente.
  • un strabisme, qui fait qu’un seul œil fixe l’objet d’intérêt, car l’autre œil n’est pas aligné. Le cerveau va alors ignorer les images transmises par l’œil dévié.
  • beaucoup plus rarement, une anomalie anatomique qui empêche la formation d’une image sur la rétine (par exemple une paupière qui recouvre l’œil (ptosis), une opacité cornéenne, ou une cataracte).

Quels sont les signes ?

Même s’ils ne voient pas bien, les enfants se plaignent rarement d’un problème de vue.

Si elle est d’origine réfractive, l’amblyopie peut passer totalement inaperçue, l’enfant s’adaptant à vivre avec un seul œil fonctionnel. Ce n’est que lorsqu’on cache le bon œil, durant un jeu ou un examen médical, que la mauvaise vision de l’autre œil peut être détectée. Un strabisme, une anomalie des paupières ou de la partie antérieure de l’œil peuvent être visibles, et constituer ainsi le signe d’appel d’une probable asymétrie de la vision.

Quels sont les moyens de dépistage de l'amblyopie ?

Un dépistage visuel précoce est indispensable. Chez le tout petit enfant, on va chercher à observer une réaction asymétrique lorsqu’on lui occulte un œil.. Si l’enfant ne réagit pas lorsqu’on cache l’un des yeux, mais pleure lorsqu’on cache l’autre, une différence de vision doit être suspectée.

Chez l’enfant plus âgé, il devient possible de tester l’acuité visuelle de chaque œil, à la recherche d’une différence entre les deux yeux.

Si une mauvaise vision est suspectée, des examens complémentaires doivent être réalisés par l’ophtalmologue pour en trouver la cause. L’ophtalmologue, qui travaille souvent avec une orthoptiste, examine notamment la réfraction, recherche un strabisme et examine l’anatomie oculaire.