Retour aux questions

Comment la vision se développe-t-elle chez l’enfant?

La vision n’est pas du tout mature à la naissance. Elle va se développer pendant les premières années de vie. Si on veut schématiser un peu grossièrement le développement de la vision, il faut tout d’abord s’imaginer que chez le tout petit bébé, la vision est très floue. On l’estime, à peu près, à 5% de la vision de l’adulte.

Le bébé ne perçoit pas les couleurs, ne perçoit pas les contrastes et arrive à concentrer son attention surtout au centre de la scène visuelle mais ne perçoit pas bien la périphérie. Les deux yeux sont, de plus, indépendants l’un de l’autre. C’est pour ça que le tout petit bébé peut présenter un strabisme et peut loucher par moment, un peu vers l’intérieur, un peu verticalement, à l’extérieur et surtout lorsqu’il rêvasse.

Entre 3 mois et une année de vie, la collaboration entre les deux yeux va se développer et permettre à l’enfant, progressivement, d’apprécier la profondeur, de voir en 3D. À l’âge d’une année, on estime que la vision correspond à peu près à 30% de la vision adulte. À cet âge-là, l’enfant développe aussi la coordination entre son regard et ses gestes. Il va commencer à pouvoir plus facilement diriger sa main vers l’objet qu’il veut attraper.

Le développement se poursuit encore. À l’âge de 4 ans, on estime que l’œil lui-même, et en particulier le film qui tapisse le fond de l’œil qui s’appelle la rétine, film sur lequel viennent se former les images et qui permet de les envoyer vers le cerveau, est morphologiquement mature. C’est-à-dire que l’appareil qui permet de percevoir une scène visuelle est assez mature. Simplement, on ne voit pas uniquement parce qu’on a un œil mais surtout parce que cet œil envoie les informations au cerveau qui les analyse et nous permet d’interpréter ce que l’on voit.

La maturation du cerveau, visuelle, n’est pas du tout terminée à l’âge de 4 ans, elle va se poursuivre encore pour permettre, finalement vers l’âge de 7 ans, d’obtenir à peu près la vision de l’adulte en termes de discrimination de petits détails. Le développement visuel n’est toutefois pas terminé à 7 ans. Il va se poursuivre encore pendant plusieurs années, en termes d’analyse des contrastes et en termes de capacité d’exploration de la scène visuelle, qu’on appelle le champ visuel.

Un élément très important est que, tout au long de ces années de développement de la vision, les deux yeux sont, quelque part, en compétition l’un avec l’autre. Ce qui veut dire que si un œil envoie une image parfaitement nette au cerveau alors que l’autre a une image beaucoup plus floue, parce qu’il y a un besoin de lunettes, par exemple, qui n’a pas été corrigé, le cerveau, paresseux, va se contenter d’analyser les images du meilleur œil et ne va pas apprendre à voir avec les images de l’œil le plus faible. C’est ce qu’on appelle l’amblyopie et c’est ce que servent à détecter les contrôles chez le pédiatre ou l’ophtalmologue.

Si on détecte tôt dans la vie un problème d’asymétrie de vision, on va pouvoir contraindre le cerveau à utiliser les images du moins bon œil après les avoir rendues nettes avec des lunettes, si nécessaire. Plus tôt on intervient avec plus grand succès, on va pouvoir permettre un développement harmonieux de la vision. Si un tel problème passe inaperçu, ou n’est pas dépisté, on peut se retrouver à l’âge adulte avec une différence de vision importante qui ne sera malheureusement pas possible de corriger.

Le développement de la vision se fait au cours des premières années de vie et les problèmes qui interviennent au niveau de ce développement doivent être détectés le plus tôt possible, pour être pris en charge le plus tôt possible, pour permettre le développement visuel le plus harmonieux possible.