Découvrez les maladies de la vue

La rosacée oculaire

Qu’est-ce que la rosacée oculaire de l’enfant?

L’inflammation des paupières (blépharite) est une maladie commune rencontrée à tout âge. Elle touche principalement le bord de la paupière, au niveau de la racine des cils ou sur sa face postérieure, au niveau des glandes de Meibomius (ce sont les glandes qui produisent une substance huileuse qui évitent les larmes de s’évaporer trop rapidement de l’œil). Les deux formes, lorsqu’elles deviennent chroniques, peuvent s’associer à une atteinte de la cornée et de la conjonctive par contact direct (on parle alors de blépharokératoconjonctivite), ainsi qu’à une atteinte cutanée du visage (rosacée, acné, etc…).

Quels sont les signes?

Les symptômes classiques sont un éblouissement important, une gêne ou une douleur oculaire, une rougeur, des démangeaisons, un larmoiement et un flou visuel. Les signes cliniques à rechercher sont les suivants : une inflammation et une rougeur du bord des paupières, la présence de sécrétions ou de kystes au niveau des paupières, une rougeur et des irrégularités de la conjonctive, une sécheresse et une perte de transparence de la cornée.

Quels sont les facteurs de risque et les conditions associées?

Un état inflammatoire chronique des paupières, ainsi que des chalazions à répétition peuvent favoriser le développement d’une blépharokératoconjonctivite. La présence d’une atteinte de la cornée est à prendre au sérieux et à traiter consciencieusement, afin d’éviter des séquelles au long terme, comme le développement d’une amblyopie (œil paresseux) par perte de transparence de la cornée ou d’un astigmatisme irrégulier. Certaines maladies dermatologiques peuvent favoriser la blépharite et sont à rechercher systématiquement dans les formes chroniques d’inflammation des paupières.

Quels sont les moyens de traitement de la rosacée oculaire de l’enfant?

Pour éviter le développement d’une inflammation de l’œil, des soins de paupières quotidiens et réguliers sur le long terme sont indispensables. Ils consistent à appliquer des compresses chaudes sur le bord des paupières en massant les glandes palpébrales ou kystes enflammés et en les vidant de leurs sécrétions. En cas d’inflammation oculaire, un traitement par antibiotique local (gouttes ou pommade) ou par voie générale peut être indiqué. En cas d’atteinte cornéenne légère, des collyres (gouttes) lubrifiants sont préconisés. Si la cornée est sévèrement atteinte, des collyres anti-inflammatoires à base de cortisone ou d’immunomodulateurs seront prescrits. Diagnostiquer cette maladie et la traiter précocement évite le développement d’une atteinte de la cornée avec perte de sa transparence, potentiellement irréversible. Il est donc indispensable d’effectuer un suivi régulier de l’évolution clinique tout en veillant au développement visuel adéquat d’un enfant atteint de rosacée oculaire. Le suivi doit également permettre, en cas de nécessité, de fournir une correction optique adaptée (lunettes) et de rééduquer une éventuelle amblyopie (œil paresseux).